La méthode des narrations quantifiées

21 octobre 2014

 

2La méthode des narrations quantifiées   

La méthode mixte des narrations quantifiées a été développée dans le cadre du LISST-CERS (UMR 5193, Université Toulouse II Jean Jaurès). Elle suppose de collecter plusieurs récits d’une même expérience, chaque série de récits formant un cas.

Les entretiens collectés sont croisés, ce qui est une manière de contrôler la subjectivité des récits recueillis, mais est aussi un moyen d’enrichir les narrations à l’aide de points de vue différents. Les éléments ainsi recueillis permettent de reconstruire une histoire. Celle-ci est découpée en séquences. La mise bout à bout de ces séquences forme une trajectoire. On identifie alors des « moments-clés » que l’on peut formaliser, notamment en ce qui concerne les modes d’accès aux ressources afin d’apprécier la qualité, mais aussi l’efficience des réseaux permettant d’accéder à divers types de ressources.

Les entretiens effectués sont des entretiens semi directifs, confidentiels. Les entretiens recueillis sont intégralement retranscrits et anonymisés. Les données peuvent alors être l’objet d’une analyse thématique classique. Mais la méthode des narrations quantifiées permet également de coder et de traiter des données dans un aller-retour entre base de données qualitatives et base de données quantitatives.

 

Publications à propos de la méthode des narrations quantifiées

Grossetti, Michel. 2011. « Les narrations quantifiées ». Terrains & travaux 19(2):161-182.

Grossetti, Michel, Jean-François Barthe, et Nathalie Chauvac. 2011. « Studying Relational Chains from Narrative Material ». Bulletin de méthodologie sociologique (110):11-25.

Grossetti, Michel, et Marie-Pierre Bès. 2001. « Encastrements et découplages dans les relations science-industrie ». Revue française de sociologie 42(2):327-355.